L’impuissance apprise

L’impuissance apprise, c’est un état psychologique où un personne ayant appris que son comportement n’avait aucune influence sur le cours des choses se résigne, et devient apathique.

Découvert par la psychologie expérimentale dans les années 70, cet état d’apathie est désormais employé à divers degrés dans les techniques d’interrogatoire de toutes les formes et à toutes les sauces.

Wikipédia la définit comme suit :

Il s’agit d’un état psychologique, résultat d’un apprentissage dans lequel le sujet fait l’expérience de son absence de contrôle sur les évènements survenant dans son environnement (peu importe la valence positive ou négative de l’évènement). Cette expérience, tendrait à l’adoption par le sujet, animal ou humain, d’une attitude résignée ou passive. Cette impuissance est « apprise » car elle se généralise même aux classes de situations dans lesquelles l’action du sujet aurait pu être efficace.

Le simple fait d’être privé de contrôle sur sa vie pendant un temps suffisamment long semble induire cet état apathique chez l’être humain.  Et il me semble que nos sociétés, dans une certaine mesure, nous privent de ce contrôle fondamental en nous enlevant tout pouvoir de décision réel sur notre avenir, nos vies, notre destinée, sauf à brève échéance, à très petite échelle, et encore…  Nous sommes habitués, dès notre plus jeune âge, à ne pas pouvoir quitter un local sans permission.  A ne pas pouvoir parler quand on le souhaite.  A ne pas être autorisé à critiquer trop ouvertement.  A ne pas être autorisé à frapper un de nos semblables pour nous défendre sans risquer une sanction.  Etc, etc.

Plongé en situation de survie, face à une agression où pour survivre il doit sortir du cadre habituel, face à une catastrophe industrielle, face à une urgence, l’individu programmé de la sorte et qui doit subitement prendre des initiatives y renonce souvent.  La plupart des spécialistes du comportement des foules, à l’heure actuelle, disent ouvertement que les gens ne paniquent lors de catastrophes majeures.  Ils continuent plutôt d’agir exactement comme si de rien était, et vont souvent attendre des instructions claires et répétées pour se mettre en mouvement docilement.

Des gens, dans le World Trade Center, ont continué à travailler jusqu’à l’effondrement de la tour où ils se trouvaient.  Des e-mails reçus quelques secondes avant l’effondrement, et provenant des tours, le prouvent…

Mon but, ici, n’est pas de critiquer la société ou de crier au complot mondial.  Je ne crois pas à tout ça.  Mais je crois en la mécanique de notre cerveau.  Je crois que notre monde, de facto, nous programme littéralement à être apathiques.  Je crois aussi que nous sommes libres de changer cette apathie en prise de pouvoir sur soi-même et sa destinée, tant que cette liberté ne nie pas celle d’autrui.

Comment briser l’impuissance apprise ?  C’est simple.  En posant simplement des actes où vous vous prouvez à vous-mêmes que vos actes ont une influence sur votre vie.  En prouvant à notre cerveau que nos actes ONT un impact.  Ca peut commencer par des choses aussi banales que d’aller chez le coiffeur, de donner votre console de jeu à quelqu’un que vous détestez, et que vous voulez occuper à autre chose que vous casser les couilles, d’entreprendre un programme d’entraînement, etc, etc.

Vos actes ONT un impact sur votre vie, et de fait sur votre état psychologique.  Faites le test, à super petite échelle, avec peu d’efforts, sans prise de risque.  Déplacez un truc dans votre chambre pour la rendre plus fonctionnelle.  Faites le ménage.  Brossez vous les dents.  Peu importe.  Et voyez comment vous vous sentez ensuite…  Sentez cette énergie qui remonte en vous.  Votre cerveau comprend très vite les bons messages ;)

Ciao ;)

David

Une réflexion sur “ L’impuissance apprise ”

Les commentaires sont fermés.