Nos Partenaires

Auteur Sujet: BOB pourquoi, pour qui ? Est-ce la panacée ?  (Lu 8255 fois)

19 février 2008 à 23:26:11
Lu 8255 fois

SurvivalFred


Trois lettres B.O.B ... Bug Out Bag ... tout un concept sur lequel j'ai envie de me poser quelques questions.

Cet acronyme nous vient des sites "survivaliste" US et représente un sac ou un kit, de préférence préparé à l'avance pour quitter, en catastrophe, un lieu précis face à des événements représentant un danger.

Ce kit est sensé apporté à la cellule prise en compte, qu’elle soit familiale ou professionnelle, le nécessaire pour vivre de façon « autonome » pour une durée de temps soit limitée soit, pour les plus optimistes, illimitée.

L'image d'Epinal et les phantasmes ne sont pas absents du concept : fuir son domicile en cas de graves pépins et courir au fond des bois pour y vivre de cueillette, chasse et pêche est, certes, bien tentant mais relève sinon du suicide au moins de la douce utopie.

S'il paraît sensé de quitter son domicile face à certains événements : inondation, accident chimique, catastrophe nucléaire, tremblement de terre mettant à mal le bâtiment et j’en passe. J’en parlerai plus tard.

Il me paraît nettement moins pratique et sûr de quitter son domicile en cas d’épidémie, de désordre économique, social ou militaire à moins bien entendu d’avoir un deuxième domicile dans un lieu plus calme et plus propice au maintien de la vie à long terme.

La fuite vers un deuxième lieu de vie, la fameuse « retreat » chère au survivalistes US, si il est construit comme un vrai lieu de vie est alors, pour moi, la seule véritable option viable pour un BOB. On attrape le BOB et on se déplace vers un endroit prévu à cet effet où l’on sait que la vie sera plus facile. Ici, j’insiste sur lieu de vie ce qui est très différent d’une certaine notion de « retreat », je ne parle pas d’une cabane pourrie au fond des bois ou les insectes et les rongeurs auront vite fait de vous faire regretter votre maison. 

Pour résumé ma pensée : il est inutile de quitter son domicile à la première alerte pour aller grossir les flots de réfugiés dans les camps si la viabilité du domicile n’est pas directement menacée.

Où peut-on être le plus en sécurité et préparé que chez soit ?

Où est-il le plus sage de stocker eau, nourriture, matériel de soins et d’hygiène que dans son « sweet-home » ?

Alors, si on ne possède pas de « résidence secondaire » équipée, pourquoi un B.O.B, pour aller où et qu’y faire ?

Personnellement, la plupart de mes kits, que je pourrais résumer une suite de pièces de plus en plus importantes d’une poupée russe, chacun permettant d’atteindre le niveau suivant,  sont construits dans une optique finale de BUG-IN … c’est à dire, rentrer chez moi et y regrouper ma cellule familiale.

Je ne suis pas complètement inconscient et l’idée de pouvoir « perdre » mon domicile de façon brutale est une possibilité que j’ai envisagée (incendie, accident chimique …) et deux ou trois plans de secours sont prévus : de l’hébergement dans la famille à un réseau d’amis sûrs jusqu’au container stocké dans l’abri de jardin avec 2 tentes et 4 sacs de couchages « hiver » afin de garantir à la famille un toit dans le pire des cas.  Mais c’est loin d’être dans les options que je compte utiliser en cas de problème grave.

Ainsi, le sac et le matériel contenu dans la voiture peut garder ma famille autonome et en vie pour 4 jours, par exemple « bloqué sur une autoroute par une catastrophe à moyenne échelle » … ou 4 jours lors d’un événement très grave qui, à mon sens, ne devront pas être gaspillés en fuite éperdus vers « je ne sais où » mais utilisés pour rejoindre le domicile ou un point de chute certain (amis ou famille ok pour l’hébergement).

Cela met à mal l’idée même du B.O.B … des hommes en noirs tournent autour de ma maison, une comète vient de pulvériser la capitale, je prends mon sac qui traîne sous mon lit et je me barre dans les bois.

On en a parlé dans un autre fil de discussion, mais, même des experts en survie comme Cody Lundin sont clairs sur le sujet : à notre époque, il est illusoire d’espérer vivre de ressources de terrain sur le long terme dans la nature …

Mon hypothèse est qu’en situation difficile, visant le moyen ou le long terme, dans 99 % des cas et sauf possession d’une deuxième résidence, il est préférable de rester à son domicile.

Partant d’un tel postulat, l’équipement du domicile, la préparation technique et philosophique de la famille devient une priorité bien plus importante qu’un B.O.B et pourtant celui-ci semble pour beaucoup d’entre nous La solution à tous les problèmes.

Pourquoi ?

Voilà, le débat est ouvert …

La question primordiale (posée déjà par les CLASH il y a longtemps  :D) : rester ou partir ?

Un B.O.B, oui mais pour aller où, faire quoi, avec quels plans ?

Si nécessité de partir il y a, et donc si un B.O.B doit être utilisé, quel rôle doit-il jouer ?

Nous connaissons les priorités, la règle de 3, comment intégrer ces concepts dans un B.O.B pour une famille avec deux enfants ?

Etc … Bref, @ suivre

Fred
 

Vous êtes trop devant votre écran d'ordinateur, allez donc pratiquer dehors !!

20 février 2008 à 14:15:45
Réponse #1

guillaume


Je ne sais pas si je vais faire avancer le problème mais je voudrais vous faire part d'une réflexion à ce sujet:
Quitte à partir, je préfère partir dans la famille voire chez des amis, loin de chez moi, chez qui la vie sera plus facile. Encore faut-il pouvoir se déplacer (voiture, train, etc.).
Dans ce cas là, le BOB ne servirait que pour la période de transition.

a+

20 février 2008 à 15:24:40
Réponse #2

Ishi


Pour ma part, le BOB est un sac ou un fond de malle que je fait pour subvenir aux besoins de ma famille lors de nos déplacements.
Il comprend de quoi se changer, être au chaud, de quoi s'hydrater, se nourrir et s'éclairer.
Chez moi, aucune nécessité comme le dit si bien Fred car j'ai tout le nécessaire pour vivre en autarcie pendant plusieurs mois (à vu de nez entre 3 et 4 mois voir plus en tirant au régime  :D).
Steph.


La terre n'appartient pas à l'homme, l'homme appartient à la terre.

20 février 2008 à 16:36:23
Réponse #3

jilucorg


Chez moi, aucune nécessité comme le dit si bien Fred car j'ai tout le nécessaire pour vivre en autarcie pendant plusieurs mois (à vu de nez entre 3 et 4 mois voir plus en tirant au régime  :D).

Avec ou sans électricité ?


jiluc.

20 février 2008 à 16:56:21
Réponse #4

ipphy


Tafdak avec Fred  ;)
Se nourrir en pleine nature ne s'improvise pas. Nous ne sommes plus des chasseurs-cueilleurs depuis bien longtemps...
La maison offre surtout 4 murs et un toit qui permet d'éviter les principales causes d'hypothermie: la conduction (sol froid, humide), le vent, la pluie.

Comme l'a dit Guillaume, le BOB doit permettre de se déplacer d'un point A à un point B dans un temps relativement court.

Pour ceux que ça interresse, on peut lire sur Olduvaï le récit de FerFAL qui a subit la crise en argentine en 2001.
(Texte traduit par Rammstein).
FerFAL n'a pas pris son BOB, il n'est pas parti dans la pampa son bowie entre les dents...il est resté chez lui, en ville avec sa petite famille.

Début de l'histoire de FerFAL...

20 février 2008 à 16:58:54
Réponse #5

Ishi


Avec ou sans électricité ?


jiluc.


J'aurai parié que j'aurai cette question.  :doubleup:
A part le congélateur, pas besoin d'électricité.
La solution, j'ai un groupe électrogène.
Il me suffit de le faire tourner une demi-heure toutes les 12 heures pour que le congélateur reste à une température correcte.
Concernant le stockage de l'essence, mon métier m'oblige à avoir un stock permanent d'une centaine de litres de sans plomb.
Stock qui basculerai immédiatement en usage personnel en cas de pépin.
Le groupe tourne près de 2 heures avec un litre d'essence.
Steph.
La terre n'appartient pas à l'homme, l'homme appartient à la terre.

20 février 2008 à 17:13:19
Réponse #6

jilucorg


Concernant le stockage de l'essence, mon métier m'oblige à avoir un stock permanent d'une centaine de litres de sans plomb.

Ah ben alors là évidemment, c'est même pus drôle 


jiluc.

20 février 2008 à 17:29:06
Réponse #7

Robert


Citer
On en a parlé dans un autre fil de discussion, mais, même des experts en survie comme Cody Lundin sont clairs sur le sujet : à notre époque, il est illusoire d’espérer vivre de ressources de terrain sur le long terme dans la nature …


C'est que Cody n'est pas bon!  ;D

Je dois dire que pour un américain son discours est quand même intéressant et que le personnage demeure beaucoup plus crédible que la majorité des américains dans le domaine de la survie.

Selon les données sur le site de Cody, celui-ci est situé en Arizona. De ce point de vue, je suis bien d'accord qu'il serait illusoire d'espérer vivre à long terme des ressources du terrain dans cette zone. C'est plutôt désertique comme terrain.  ;D

Moi-même, au point ou j'en suis, je n'ai pas la prétention d'affirmer que je serais capable de vivre des ressources de ma zone. L'hiver me cause encore beaucoup de problèmes. En cas de besoin réel, je serais probablement capable de survivre au Québec en me déplaçant de point en point, mais c'est certain que je ne pourrais pas vivre de manière autonome et sédentaire à long terme sans l'organisation actuelle de la société.

Comme je l'ai déjà mentionné, je ne suis pas très adepte des concepts clés en main et réduire la question de survivre à un "BOB" ne me convient pas.  Je suis même d'avis que l'idée générale du "survivalisme" relève du phantasme. D'ailleurs, on n'emploie aucunement ces termes au Québec dans le contexte de la sécurité globale.

Je pense également que tant que c'est possible qu'il vaut mieux demeurer à son domicile. Encore faut-il en avoir un. Personnellement, je suis toujours installé temporairement dans un esprit nomade. Je n'ai pas d'épouse, ni d'enfant et présentement, j'ai choisi de prendre soin de ma mère qui est handicapé, je suis donc installé dans son logement, mais toujours avec la possibilité de partir du jour au lendemain. Mes biens personnels sont réduits aux minimums et depuis que je suis tombé sur le forum des MUL le tout s'allège de jour en jour.  ;D

Citer
Nous connaissons les priorités, la règle de 3, comment intégrer ces concepts dans un B.O.B pour une famille avec deux enfants ?

Je pense qu'il vaut mieux envisager la question selon son style de vie, sa situation et ses capacités. Autrement dit, démarrer par l'inverse du concept du BOB et s'interroger sur ses besoins réels. Donc, commencer par voir comment on organise la maison en fonction de l'eau, de la thermorégulation et de la nourriture avant de se lancer tout nu dans la nature. Bref, je pense que tout ça relève beaucoup de question qui doivent être envisagés une par une.

20 février 2008 à 18:34:13
Réponse #8

Robert



J'aurai parié que j'aurai cette question.  :doubleup:
A part le congélateur, pas besoin d'électricité.
La solution, j'ai un groupe électrogène.
Il me suffit de le faire tourner une demi-heure toutes les 12 heures pour que le congélateur reste à une température correcte.
Concernant le stockage de l'essence, mon métier m'oblige à avoir un stock permanent d'une centaine de litres de sans plomb.
Stock qui basculerai immédiatement en usage personnel en cas de pépin.
Le groupe tourne près de 2 heures avec un litre d'essence.
Steph.

C'est un très bel exemple, de ce que je veux dire par envisagé les questions une par une selon sa propre situation. Je pense qu'effectivement qu'un petit groupe électrogène pour maintenir un congélateur quelques heures ou quelques jours peut être intéressant. Pour une situation plus grave ou le rétablissement de l'électricité serait plus long. Je pense qu'il vaudrait mieux économiser l'essence. De même, il n'est pas nécessaire de paniquer et d'investir pour rien dans un groupe électrogène de plusieurs milliers de dollars au cas où! Par exemple, pour quelques dollars, on peut très bien se servir d'une voiture avec un convertisseur comme génératrice de base pour les petits besoins. Par contre, on ne branchera pas un congélateur sur une voiture sans une installation adéquate.

Alors que faire avec son congélateur? C'est simple, en cas de panne grave, il suffit d'être en mesure de faire sécher ses aliments par fumage, pemmican, jerky, etc. Encore là, il faut avoir pratiqué un peu avant et non pendant la catastrophe. Conservation par le vinaigre, sel, marinade, température de séchage, etc.



20 février 2008 à 19:33:28
Réponse #10

ipphy


À lire absolument!

a+

Doit y avoir 5 ou 6 parties du récit dans des topics distincts.

ex: FerFAL partie II (etc)

20 février 2008 à 19:53:52
Réponse #11

guillaume


Doit y avoir 5 ou 6 parties du récit dans des topics distincts.

ex: FerFAL partie II (etc)

Merci ;).

a+

21 février 2008 à 14:37:31
Réponse #12

jim


Bonjour,je pense que le théme principal de ce site est justement
le débat recherché:donc  :
1ére, oui il faut un bob.
2éme, a adapter au profil et idées de chacun.
3éme,merci a ce site pour pouvoir y trouver ce que l'on recherche.

      ET SURTOUT MERCI A TOUS  . 

21 février 2008 à 15:53:48
Réponse #13

LOOPING


Comme SurvivalFred
Il n’est pas forcement utile de quitter son domicile presto au 1er événement venu.
La réponse doit être proportionnelle à la gravité de l’événement. Dans bien des cas on peut rester chez soi. Et parfois un extincteur sera plus utile qu'un Bob lors d'un départ de feu...  ;D

Un sac "pret à partir"
Pourquoi ? 

parfois, lors d’un incendie grave, inondation, tornade*. On aura pas le choix, et peut être que quelques secondes pour se mettre à l’abri.  Et là pas le temps de prendre le temps de faire son sac et réunir les trucs important.

Une foi l’événement passé, on peut se retrouver  avec un logement détruit, dehors, sans rien
ajoutons avec des voisins dans le même cas et des services de secours débordés …

C’est là qu’un sac "pret à partir", prend tout son sens.  Pas le BOB à l’américaine pour prendre le maquis pour 6 mois.  Mais un peu de matos pour tenir en attendant mieux ou pour rejoindre des proches. C’est ca que recommande le ministère de l’intérieur en France.

pour qui?

Pour tout le monde...

Avec de l’eau, une ou plusieurs  lampe torches solides, de quoi stopper une hémorragie grave, soigner une plaie, se signaler au secours.

Votre traitement médical pour plusieurs jours pour ceux que ca concerne (probleme cardiaque, diabete, asthme…)

Une paire de lunette de rechange si c’est indispensable,

De quoi se couvrir, faire du feu, traiter de l’eau
Ecouter la radio sur pile, une copie des doc importants…

Est ce la panacée ? . Certainement pas. mais ca peut dépanner.

Un autre type de sac d’urgence, dans la voiture cette fois, peut s’avérer utile. Comme tu l’as dis Fred. En  cas de plan neige. Bloqué sur une autoroute l’hiver pendant 15h n’a rien de réjouissant…

Mais avec un sac contenant de quoi faire un feu, des boissons chaudes, des chaufferettes et un bivouac léger. Ca peut servir. Ce sac là j'ai pris le temps d'en faire un.

*lors du tsunami en asie et lors du cyclone Katrina, certaines personnes n'ont eu que quelques secondes pour quitter leur domicile, avec parfois de l'eau jusqu'a la taille ou jusqu'au cou. Même chose lors de certaines inondations en france.

Lors de tornade en france, certains logements ont été vidés de leur meubles et de leur équipement. Voir les photos lien dans le post http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,6110.0.html
« Modifié: 21 février 2008 à 16:12:28 par LOOPING »

21 février 2008 à 16:49:46
Réponse #14

Kilbith


Salut,

Je crois que le post de Fred pointe du doigt des différences culturelles.

Historiquement les américains ont toujours eu la ressource de partir de chez eux pour résoudre leurs problèmes (économiques, politiques, religieux....) en se rendant vers un hypothétique "ailleurs" supposé meilleur.
Les mythes fondateurs du Mayflower ou de la "Frontiere" ou bien encore la fondation de Salt Lake City par les Mormons viennent en témoigner...Dans cette perspective, il me semble que le BOB n'est que la version moderne de ce trait culturel : j'ai un problème, le salut est dans la fuite et/ou dans l'isolement. Autant s'équiper.

En Europe, et singulièrement en France, nous n'avons pas les mêmes références historiques.
En dehors de la Révocation de l'Edit de Nantes, des Emigrés sous la Révolution ou bien encore l'Exode des Pieds Noirs, il n'est pas dans nos traditions de quitter la terrre de nos ancêtres pour résoudre un problème. Notez aussi que dans ces trois cas, les groupes concernés n'avaient absolument pas le choix et qu'ils sont partis après avoir épuisés toutes les autres solutions.

Notre tradition, notre culture, nous pousse plutôt à "faire face" localement. Par exemple, même si les gens de ma famille ont plusieurs fois dû quitter leur foyer situé en "zone de guerre", dans leur esprit c'était seulement de façon provisoire.....le provisoire pouvant durer, par exemple, 48 longues années à regarder la ligne bleue....

Ces évènements historiques ont bien sûr marqué les populations. Je suis né à Reims, et pour un rémois une bonne maison, c'est souvent une maison avec une bonne cave  ;)

Je suis d'accord avec Fred, il est peut être préférable de penser plutôt aux conditions nécessaires pour rester chez soi en cas de problème. Un puit ou, à minima, des moyens de rendre l'eau potable sont un bon début, AMHA. Pour le reste, demandez à vos parents ou grands parents  :)

Ceci dit lors de l'explosion d'AZF, un BOB à la mode US aurait peut être eu son utilité. Mais franchement, on pouvait faire sans, et je n'en ai toujours pas personnellement.
Cela ne m'empêche pas d'avoir chez moi le matériel pour en constituer un dans un bref délais. Mais nous ne somme pas aux USA : il existe ici depuis longtemps des services publics, une administration, un Etat, dont l'Histoire nous à prouvé que tout cela est quand même extrêmement résilient.

did, ;)

18 avril 2008 à 16:42:08
Réponse #15

cedx69


Salut à tous...
Je me demande si il serait possible de faire une liste d'item indispensables à inclure dans un BOB...ainsi pourquoi pas la liste des choses indispensables à savoir faire ou à éviter de faire lors d'une situation de survie...
Tout ça pour aider et guider les uns et les autres.

Merci

18 avril 2008 à 17:02:21
Réponse #16

Maximil


Cela a déjà été fait dans un autre post (fonction rechercher) ;):)
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

19 avril 2008 à 23:44:31
Réponse #17

Olcos


Salut à tous...
Je me demande si il serait possible de faire une liste d'item indispensables à inclure dans un BOB...ainsi pourquoi pas la liste des choses indispensables à savoir faire ou à éviter de faire lors d'une situation de survie...
Tout ça pour aider et guider les uns et les autres.

Merci

http://www.davidmanise.com/mediawiki/index.php/Bug_Out_Bag
"Le chien apprend à l'enfant la fidélité, la persévérance... et l'obligation de tourner trois fois sur lui-même avant de se coucher."

Robert Benchley

07 mai 2008 à 14:51:25
Réponse #18

Inaki


Salut!

Sur le sujet des BOB / Run Bag, voici ce que les Nations Unies proposent a titre indicatif a tous ceux que participent dans le stage obligatoire pour le personnel qui doit aller en Irak. 





Sachant que le stage est organise et conduit par des ex-militaires britanniques et ex-policiers australiens avec plusieures annees d'experience dans les missions de maintien de la paix, j'etais un peu decu de voir que des objets tels que carte & boussole, briquet/allumettes, chapeau/cheche, puritabs, poncho/tarp ou un bout de corde sont absents, en meme temps qu'ils preconisent l'inclusion d'appareil photo et un oreiller...  Sans parler du poids indicatif aussi, qui me parait a priori excessif.

Ceci dit, les Nations Unies ne sont pas une reference quand il s'agit de ce genre de choses.

Commentaires...?

Inaki
« Modifié: 11 mai 2008 à 11:51:38 par CAMP »
No plan survives contact with the enemy

07 mai 2008 à 16:14:12
Réponse #19

modl


Salut à tous. Il existe dans toutes les administrations un cahier des risques naturels et technologiques du département où on se trouve. Les risques sont classés par commune (j'ai plus en tête le mode de classement). J'imagine que la plupart d'entre-vous connaissait ce cahier.
Est-ce qu'il existe un BOB tenant compte des risques potentiels les plus importants ??? Je m'explique (j'ai pas l'impression en me relisant d'être clair...). En gros, dans ma zone, j'ai un risque potentiel d'inondation et d'explosion d'usine chimique : faut-il un BOB qui contiennent de quoi parer aux deux ? Faut-il plutôt 2 BOB ???
En gros, est-ce que quelqu'un a déjà tenté de faire un listing des BOB en fonction des risques référencés par l'administration ?
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

07 mai 2008 à 16:36:41
Réponse #20

Lynx


bon, tout ca me laisse assez dans la reflexion profonde, parce qu'a mon avis chaque situation demande adaptation. Avoir un sac miracle me semble une vue de l'esprit séduisante mais décallée de la réalité pratique.

Personnellement, je n'ai pas un truc tout ficelé mais un rayon dans mon logement, facilement accessible sur lequel se cotoient sacs, matos de bivouac, de camping, habillement "outdoor", ainsi que le materiel de bricolage.

En cas de souci, il m'est donc aisé de basculer dans un sac ce qui me semblera utile pour la circonstance...

Je crois plus en la réflexion permanente du "au cas ou" et à l'évolution de notre équipement en fonction des circonstances plutot qu'en l'achat d'un set a tout faire....encore une fois l'intelligence de la situation et la faculté d'adapter le materiel a celle ci est évidemment une carte forte...

Et pour le cas ou on envisage le pire du pire (NBC) pensons bien que sur une zone de décontamination le brave bob soigneusement préparé et enfin rendu utile sera trés probablement ejecté direction l'incinerateur ou le confinement...dans ce cas, votre seul bob sera famille, amis et votre mémoire pour les appeller au bon numéro.

 :)





Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

07 mai 2008 à 17:04:05
Réponse #21

Maximil


En gros, dans ma zone, j'ai un risque potentiel d'inondation et d'explosion d'usine chimique : faut-il un BOB qui contiennent de quoi parer aux deux ? Faut-il plutôt 2 BOB ???
Un seul bob suffit, pour l'un comme pour l'autre, c'est soit la maison qu'il faut proteger (donc tu as tout sous la main), soit une évacuation à prévoir (donc le risque n'étant plus, un seul bob suffit).

Citer
En gros, est-ce que quelqu'un a déjà tenté de faire un listing des BOB en fonction des risques référencés par l'administration ?
Non car un bob est propre aux besoins de chaque personne pour un lieu donné, une epoque donnée. Il y a des items communs (car nous avons des besoins communs) et des items spécifiques à chacun, voir à la saison etc.
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

08 mai 2008 à 00:18:58
Réponse #22

guillaume


En cas de souci, il m'est donc aisé de basculer dans un sac ce qui me semblera utile pour la circonstance...

C'est ce que je me disais aussi mais finalement, dans le cas d'un incendie, on n'a pas le temps.
En définitive, mon BOB, c'est mon sac de rando et il y a un sac à dos "BOB" dans la voiture pour le reste de la famille.

a+

08 mai 2008 à 17:39:04
Réponse #23

Inaki


Salut,

La photo postee dans mon message precedent n'est pas suffisament claire, donc voici le contenu du BOB standard propose par l'ONU en Iraq:

- Sac 30-50 litres, max 15 kg, avec le nom du proprietaire coussu dessus
- Documents / passeport / argent liquide & cartes de credit
- Vetements supplementaires
- Vetements pluie
- Couteau
- Cahier & stylo
- Tapis de sol
- Sac de couchage
- Oreiller
- Vitamines
- Serviette & accessoires de toilette
- Lunnettes de soleil
- Appareil photo
- Eau (container transparent souple)
- Nourriture (MRE, conserves)
- Kit premiers soins (sans specifier contenu)
- Lanterne + piles extra
- Insecticide

Sans rentrer trop dans les details et comme je disais auparavant, ce n'est pas mal mais en meem temps pas tres impressionnant tenant compte qu'il a ete prepare par des ex-militaires britanniques & ex-policiers australiens avec pas mal d'experience dans les missions de maintien de la paix dans des pays difficilles..., mais bon, c'est l'ONU....

A+
Inaki
No plan survives contact with the enemy

09 mai 2008 à 00:07:30
Réponse #24

modl


Merci des infos.
Je vais cogiter pour connaître le meilleur BOB possible pour mon coin et ma famille.
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //