Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le principe des 5 couches  (Lu 43001 fois)

09 novembre 2009 à 13:31:37
Lu 43001 fois

Kilbith


Bonjour,

Vous connaissez le principe des "trois couches", qui consiste à porter une première couche qui gère la transpiration, une seconde qui gère l'isolation et une troisième qui gère les intempéries. Ce système a fait ses preuves et on peut classiquement le décliner de la sorte :

Première couche, pour gérer la transpiration lors de l'effort et se trouver au sec lors des phases de repos:
Un sous vêtement fin à manche longue avec si possible un zip pour le col montant. Il faut vérifier que les manches peuvent se remonter sur les avants bras pour plus de commodité. Idéalement il est de couleur clair. Le matériau idéal est du polypropylène ou du polyester spécialement traité.

Deuxième couche, pour assurer l'isolation:
Une veste en tissu polaire est bien adaptée. Elle est solide, sèche rapidement et possède un bon rapport poids/chaleur. On peut l'utiliser au repos ou bien lors d'un effort par temps froid sous la couche n°3. Le tissu le plus répandu est le polartec qui existe en plusieurs grammage. On peut prévoir deux grammages différents pour parer aux variations.

Troisième couche, pour protéger des intempéries :
Ici aussi une veste en matériau imper/respirant est la solution classique. Une veste avec une capuche longue, des poignées réglables et si possible des moyens d'aérations utilisables lors du port d'un sac à dos. Le tissu goretex proshell trois couches est la solution classique et éprouvée.


La solution ci dessus qui peut être utilisée pour le haut, le bas, la tête, les pieds, les mains est performante. Le problème c'est qu'elle requière des vêtements synthétiques qui craignent la chaleur et dont la pérennité dans le temps est aléatoire (délamination...). De plus cette solution est prévu pour être utilisée que quelques jours, au-delà elle devient très inconfortable (odeur, perte d'efficacité...). Enfin, elle n'est pas toujours la plus confortable en dehors de situation extrêmes (haute montagne).

Je vous propose d'exposer une solution plus confortable, plus pérenne, certainement plus lourde MAIS capable de fonctionner confortablement sur de fortes intempéries pendant de nombreux jours : le système "5 couches".

A suivre...


(en attendant : en PJ quelques photos qui seront commentées ultérieurement, il faut être inscrit pour les regarder)



« Modifié: 09 novembre 2009 à 13:38:55 par kilbith_2 »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2009 à 13:53:29
Réponse #1

DavidManise


Marrant, j'ai expérimenté un truc assez similaire ce weekend, et j'allais faire un retour d'expérience là-dessus tellement je suis convaincu... 

...  tirez d'abord messieurs les français ;#

David
"Ici, on n'est pas (que) sur Internet."

Stages survie CEETS - Weblog

09 novembre 2009 à 14:57:30
Réponse #2

Lynx


Testé aussi, pour le haut en tout cas, pour les jambes je n'ai jamais mis plus de 2 couches.

Testé en bivouac hiver (neige, temps sec)
  - T shirt respirant manche longue (double peau)
  - Carline technique manche longue a col
  - Pull Polaire pas trop serrée un peu vieille mais bon
  - Veste Gore-tex
  + pour sortir veste duvet sans manche par dessus encore

a mon avis la gore tex c'était de trop mais au moins le vent passait pas.
  Avantage: méga chaud, surtout en amplifiant les tailles à mesure, rien de pire que d'être engoncé.
  Inconvénient : pour aller pisser   bien penser à adapter son multicouche en fonction de l'effort... plus on en met  plus on aura du mal à évacuer la transpiration. Du coup, le meilleur plan est de se faire un change des sous couche avant une période de calme / sommeil

En période de pluie testé un peu la même chose sauf que au dessus du gore-tex j'avais mis un espèce de vieux imper tout pourri qui était chargé de blindage antiflotte, la gore tex de double parroi. 5 couches donc également.
L'inconvénient majeur est d'être très soigneux dans son change pour éviter que les couches du milieu soient humides.

voila pour moi, validé parce que adaptable.

 



 
Poussière aux pieds vaut mieux que poussière aux fesses. Proverbe Peul

09 novembre 2009 à 16:11:21
Réponse #3

Kilbith


...suite (photos en Pj, il faut être connecté au forum)

J'ai souvent parlé ici de la notion de "système de vêtement". Dans mon esprit chaque couche doit se superposer...mais pas toujours dans le même ordre.

Je vais donc décrire progressivement un système "5 couches" qui est essentiellement à base de vêtement ayant largement fait leurs preuves. La solution qui illustre ces posts utilise pourtant du synthétique...mais celui -ci pourrait être remplacé par une couche de laine. Cette solution est extrêmement "solide" dans le temps. Elle ne dépend pas d'un laminé, d'une enduction, de la présence d'un DWR, elle fonctionne sans être lavée...

Descriptif:

Couche 0.
J'appelle "couche 0", la couche d'hygiène. Elle doit pouvoir gérer le problème de la transpiration, mais aussi être lavable et résister aux odeurs. Sur le moyen/long terme l'hygiène est très importante, sinon les irritations, les infections et les mycoses arrivent très vite. Cette couche doit être légère pour pouvoir être changée fréquemment, on doit donc porter un change.
L'exemple ( première photo en pj) est un tshirt en mérinos à manche courte et col en V. Il est coupé très long et descend jusqu'en bas des fesses. Il est lavable en machine.

Couche 1. Illustrée par une chemise 65/35 fjallraven (photo 2).
C'est la couche qui permet de randonner par temps agréable.
-On peut la porter à même la peau, par temps très chaud ou si la couche 0 est indisponible (par temps chaud la couche 0 peut être en coton fin ou mieux en fishnet). C'est possible sur le long terme car le mélange contient du coton (35%).
-Elle est coupe vent mais pas trop (ce qui fait qu'elle évacue bien la transpiration par temps chaud).
-Elle assure la protection solaire grâce à ses manches longues et au col montant. Idéalement elle est de couleur claire (cet exemplaire est teinté par mes soins en marron pour l'hiver, à l'origine couleur sable).
-Elle assure une protection mécanique correcte, utile contre les moustiques.
-Pas de problème avec la permethrine résiste au DEET.
-Elle se lave facilement.
-Les poches sont atteignables avec le sac à dos.
-Les manches sont repliables.
-Elle est taillée ample pour se superposer dans un sens ou dans l'autre.

Couche 2. Illustrée par une Swanndri Rangershirt modifiée (photo 3).
C'est la couche chaleur ET protection feu.
-Elle est isolante car tissée de façon lâche (pas coupe vent).
-Elle évacue l'humidité car elle tissée de façon lâche (pas coupe vent).
-Elle possède de vastes poches permettant de porter un sac à dos et d'épauler sans problèmes.
-Elle s'ouvre par un zip qui ne craint pas la chaleur (zip métallique).
-Elle est hydrophobe et reste chaude même humide (100% laine traitée déperlante).
-Elle est solide et ne craint pas les petits accrocs (c'est un tissu pas une maille)
-Elle résiste à l'écrasement (résilience contre le froid par conduction. Elle peut servir de tapis de sol d'appoint ou d'oreiller).
-La couleur ne fait pas "militos" MAIS assure un bon camouflage (la laine ne brille pas, les formes sont cassées, couleurs neutres).
-Elle est taillée ample pour recouvrir éventuellement la couche du dessus, à l'arrêt ou devant un feu.

Important, la coupe des vêtements doit être pensée globalement :
Les couches 1  et 2 peuvent se porter dans un sens ou dans un autre selon que l'on veut maximiser l'effet coupe vent, la résistance au feu, la résistance mécanique ou l'isolation disponible. Notez l'astuce constituée par un bout de corde lorsque j'inverse l'ordre des couches 2 et 3, pouvant servir de lacet de rechange et augmentant énormément la chaleur de l'ensemble (suppression importante de l'effet de pompage). Photos 4 : la couche 1 est portée sur la couche 2 pour renforcer la résistance mécanique et augmenter l'effet coupe vent (mais résistance au feu moindre).

« Modifié: 21 novembre 2011 à 14:28:40 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2009 à 16:47:30
Réponse #4

Kilbith


...suite

On a un système qui pour l'instant compte deux couches (je ne compte pas la couche hygiène). Il est solide et polyvalent. Il peut s'adapter à une large plage de température (en alternant le sens des couches), il coupe le vent, il résiste au feu, il résiste aux moustiques, il est très discret (si on place la laine dessus). Si je met une chemise sable (couleur d'origine), on peut monter en température ou porter l'ensemble sur un champ de neige exposé au soleil.

Voyons la suite :

Couche 3 (ventile custom).
C'est la couche qui assure une protection pour 99% des intempéries. Selon les choix opérés dessous elle est presque à "port permanent". Elle est longue pour protéger les fémorales et se passer de protections pluie pour le bas dans la plupart des conditions. Les manches sont longues pour protéger les mains en l'absence de gros gants (et pour gérer la pluie).
Si on doit porter une protection pour le bas, on peut se contenter d'un cuissard très léger imperméable pas cher que l'on peut "sacrifier". On peut aussi choisir un cuissard imperméable et ultra résistant, mais plus lourd.

- Elle est confortable et peut se porter à même la peau.
- Elle coupe quasi totalement le vent (testé dans l'antarctique).
- Elle résiste au feu.
- Elle est discrète (peu de bruit, peu de reflet)
- Elle résiste plusieurs heures à la pluie, MAIS devient alors froide. Accompagnée des couches 0,1,2...on peut voir venir longtemps. On sera mouillé mais on restera chaud (c'est l'important). On peut utilement porter dessous une couche très fine imperméable par temps humide prolongé.
- Ses qualités sont liées au tissu, pas à une enduction ou à un apprêt.
- Relativement solide (comme du coton de 170gr/m2)
- Peut servir de 1/2 sursac de couchage à coté d'un feu.
- La capuche est hyper protectrice (présence d'un fil).
- Coupe ample pour être portée en surtout, par exemple les dessous de bras ont des soufflets.
- Poches poitrines à soufflet et fermeture enveloppe. Poche tunnel pour les mains. Elles sont toutes accessibles même avec une ceinture de sac à dos.
- Surtout : la résistance au vent, à l'eau et la "respirabilité" est assurée dans le temps de +50°C à -60°C. Le confort est donc là.

Elle est ici montrée avec les couches 0, 1, 3 dessous (photo 1)
« Modifié: 21 novembre 2011 à 14:31:45 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2009 à 17:07:50
Réponse #5

Kilbith


...suite

Avec ce qui est mis ci-dessus, vous rajoutez un parapluie (arklight a des modèles  :up: ) et vous pouvez voir venir les choses dans nos contrées. 
Rappel : Le parapluie de qualité vous protège de la pluie ainsi que le sac pas trop volumineux! Il est utile par temps chaud (ombrelle) protège votre réchaud du vent, sert de piquet pour votre mini tartp, est quasi inusable et son RET est de 0 (MVTR infini).

Mais ici on aime prévoir le pire. Par exemple la tempête (parapluie pas bon) et la possibilité du "forum in the north". Donc il faut prévoir une couche chaude.

Couche 4  (belay parka , polarguard HV + tissu EPIC):
Le principe c'est d'avoir à disposition une couche isolante importante pour les conditions statiques. Elle doit être résistante à l'eau et se mettre dessous ou DESSUS les couches précédentes. La coupe du vêtement doit être adaptée.

- Coupe adaptée, particulièrement aux emmanchures. La capuche est souhaitable (j'y ai renoncé ici car j'ai dans le système décrit deux capuches et un bonnet windstopper).
- Isolant résistant à l'humidité et à la compression (par grand vent ou roulé en boule sous un arbre). Ici nous avons une couche épaisse de polargard HV. Très résilient, très résistant à l'humidité, restant en place même si la l'enveloppe se déchire.
- Tissu résistant à l'eau, mais permettant un séchage rapide et l'évacuation de l'humidité interne. Le modèle en photo possède un tissu synthétique traité" avec le Super DWR "EPIC". Chaque fibre est encapsulée individuellement par du silicone. C'est très résistant à l'eau, très respirant.
- Vous remarquerez qu'il n'y pas de coutures sur les épaules (résistance à l'eau, glisse sous les autres couches).
- Poches chauffe mains, c'est sympa quand il fait frette....

Une Swanndri Bushshirt fonctionne parfaitement (dessus ou dessous grâce aux soufflets présent dans sa coupe). On gagne en solidité, en surface protégée et en résistance au feu...mais c'est 900gr de plus....Ce serait mon choix pour me refaire, en mémoire de tonton, la "poche de Colmar".

La coupe adaptée permet le port au choix (photos ci-dessous en pj). Dans les deux cas on peut rester sous les intempéries au chauds quasiment indéfiniment.
« Modifié: 21 novembre 2011 à 14:32:17 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2009 à 17:16:45
Réponse #6

Kilbith


une photo de profil (avec couches 0 , 1, 2, 3, 4 et écoutilles fermées) :



(Grâce au fil rigide de la visière : Pas mal la protection de la capuche contre le vent non ? dans la poche droite, c'est la moustiquaire de tête pour les bivouacs en zone impaludées... ;# )
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2009 à 17:31:25
Réponse #7

DavidManise


Question : Avec la veste en ventile, tu ne pourrais pas virer la chemise ?

Ce weekend, j'avais le même type de système, mais optimisé plus hydrophobe, avec une seule couche anti-feu, portée à l'extérieur au besoin :

Couche 0 - t-shirt technique patagonia manches longues ;
Couche 1 - polaire à poils longs
Couche 2 (au lieu de la chemise) : RainCut
Couche 3 - doudoune en primaloft + pertex
Couche 4 - Gorka nikwaxée à mort sur les épaules et la capuche
Couche 5 - poncho (malgré une pluie importante, je l'ai même pas sorti sauf pour dormir dedans ;D)

En bas j'avais un pantalon de rando hydrophobe et des collants odlo warm.  Même pas mal : cuisses un peu humides quand je suis resté longtemps accroupi, mais sinon avec toutes les couches que j'avais en haut, les cuisses étaient planquées sous un surplomb.  Bas des jambes un peu humides, mais rien de grave.  

Au plus fort de la pluie, j'ai mis le raincut par-dessus la gorka pour éviter qu'elle ne pompe trop d'eau et qu'elle devienne froide.  Ensuite, comme elle était un peu humide quand-même, j'ai mis le raincut dessous pour sécher doucement la gorka à la chaleur du corps et du feu.  Le soir tombant, j'ai ajouté la polaire, puis la doudoune carrément sous la polaire (elle est ajustée).  Du coup la doudoune ne servait pas à grand chose...  mais elle limitait l'effet soufflet, c'était pas mal.  A refaire, je choisirais non pas une polaire épaisse mais plutôt une micropolaire + ma swandri, pour pouvoir moduler encore plus.

(Les Meindl Engadin graissées à la Sportwax le vendredi soir m'ont laissé les pieds SECS tout le weekend malgré le fait qu'on a passé le weekend à marcher dans des herbes détrempées et la gadoue...)...

Ciao ;)

David
"Ici, on n'est pas (que) sur Internet."

Stages survie CEETS - Weblog

09 novembre 2009 à 17:34:25
Réponse #8

Kilbith


..suite,

Normalement, à ce stade ET EN MODULANT LES COUCHES vous êtes assez bien protégé pour des conditions allant de +40°C à -40°C en marchant.  :closedeyes:

Mais il faut penser à son confort:
*Sous la pluie continue, il est agréable d'avoir une surcouche qui protège l'homme ET le sac à dos (y compris le harnais du sac à dos ce que ne fait pas le sursac).
Si la pluie dure des jours, cette couche doit pouvoir être abandonnée pour s'égoutter à l'entrée de l'abri de la nuit. Vous en profitez pour être au sec dans vos couches de dessous.

* Une couche réellement imperméable est toujours désagréable à l'effort (mauvaise évacuation de la transpiration). De plus elle est par essence fragile (enduction...). Le système des couches précédentes permet de retarder son utilisation au maximum.

couche 5 (surtout imperméable du VC):
Mon choix est une pélerine ouverte sur le devant et imper/respirante (un peu pour le coté respirant). Vous pourriez choisir un modèle non respirant, un poncho (permet de faire tarp d'urgence) ou une simple pèlerine qui couvre les épaules sera suffisante (fabriquée dans un truc raincut à 8€ par exemple, prendre une couleur flashy pour les secours de préférence).

- Protection du sac et de l'homme :vous ne trempez pas l'intérieur de votre habit, vos couches internes sont sèches et peuvent vous protéger pour la nuit en complément d'un sac de couchage.
- Peut se porter dessus ou DESSOUS la couhe 4 si celle-ci est déjà imbibée d'eau ou bien devant un feu.
- Très légère, pour la sécher il suffit de secouer.
- Très couvrante pour la haute montagne (vent).
- Comme elle est respirante vos couches peuvent sécher tranquillement dessous.
- Assis sur votre sac à dos : vous pouvez bivouaquer.  ;D

Photo en pièce jointe avec toutes les couches dessous.


« Modifié: 09 novembre 2009 à 17:55:41 par kilbith_2 »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2009 à 17:40:37
Réponse #9

Kilbith


Question : Avec la veste en ventile, tu ne pourrais pas virer la chemise ?


SI.

Mais la chemise (si de couleur clair) permet de marcher même sous un soleil important (je pense à un champ de neige en altitude) en étant confort vis-à-vis du vent, des UV et en évacuant parfaitement la transpiration. Portée seule, c'est même bon pour le désert.

Le système que je décris permet d'évoluer de +40°C à -40°C. Dans nos contrées il offre une bonne marge de sécurité au randonneur solitaire.

Mon but est de décrire un équipement s'adaptant à quasiment toutes les situations SI on module les couches. Ce n'est pas obligatoirement de faire le plus léger possible. Je veux aussi des trucs durables qui fonctionnent au feu. J'ajoute que la chemise permet d'être "low profile" en ville.

Éventuellement je posterai une version "Légère" reposant sur des solutions Synthétiques + Duvet. A noter que l'on peut faire quasi pareil avec du "low cost", ce sera un poil moins confort et peut être un peu plus lourd.
« Modifié: 09 novembre 2009 à 17:52:29 par kilbith_2 »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2009 à 17:46:39
Réponse #10

Kilbith


Couche 0 - t-shirt technique patagonia manches longues ;
Couche 1 - polaire à poils longs
Couche 2 (au lieu de la chemise) : RainCut
Couche 3 - doudoune en primaloft + pertex
Couche 4 - Gorka nikwaxée à mort sur les épaules et la capuche
Couche 5 - poncho (malgré une pluie importante, je l'ai même pas sorti sauf pour dormir dedans ;D)


Yes !  (j'ai mis l'accent sur les fibres naturelles pour le fun) ;)

J'ajoute que je prévois d'utiliser une tente et un sac en duvet avec ce système typé CONFORT (adapté pour ton coin en cette saison).
Mais si j'étais mili/jeune/signataire pour en ch*er...un sac synthétique léger genre merlin snugpack + le poncho en couche 5 : roule ma poule...pour les officiers on pourrait compléter avec un sursac de couchage imper/respi.

 ;#

« Modifié: 09 novembre 2009 à 17:59:19 par kilbith_2 »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2009 à 17:59:24
Réponse #11

DavidManise


Oui, ok.

En fait comme la gorka est assez mince, en fait, elle est une sorte de compromis entre ta chemise et ton truc en ventile...  mais on part exactement sur le même genre de système...  ou plus honnêtement, j'ai largement copié sur toi ;# ;)

Ma philosophie actuelle des fringues est TRES largement inspirée de ce que tu te fatigues à nous raconter ici et en stage depuis des lustres.  Je te dois ça, entre autres.

Ciao ;)

David
"Ici, on n'est pas (que) sur Internet."

Stages survie CEETS - Weblog

09 novembre 2009 à 18:14:58
Réponse #12

Kilbith


En fait comme la gorka est assez mince, en fait, elle est une sorte de compromis entre ta chemise et ton truc en ventile... 

En fait, pour cette saison et si la neige+denivelé n'est pas ua programme : je remplace chemise+ranger shirt par une chemise laine "armée US". C'est un molleton épais (traité nikwax), qui a donc des propriétés un peu coupe vent. C'est juste moins polyvalent.

Évidemment si on tape dans le synthétique : micropolaire+coupe vent pertex quantum. Solidité et durabilité beaucoup plus faible, pas de résistance au feu mais cela tient dans les poches de mon truc en ventile et le poids est, au minimum, divisé par deux.

Les principes restent les mêmes :

* séparer la couche coupe vent résistante à l'eau de la couche anti pluie
* avoir une couche isolante résistante à l'humidité que l'on peut mettre sous ou sur la couche gérant les intempéries.
* Pour le confort : avoir des couches spécialisées dans UNE fonction MAIS que l'on peut combiner dans le sens que l'on veut selon les circonstances.

Penser "Système". 

Pour la "vie en campagne" : le système doit apporter une résistance mécanique, fonctionner en mode dégradé, résister au temps, résister à la compression, isoler même humide, être redondant si possible, résister au feu, permettre l'utilisation effective d'un feu. A cela s'ajoute discret (visuellement y compris UV, auditivement et olfactivement)
« Modifié: 09 novembre 2009 à 18:21:13 par kilbith_2 »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2009 à 18:25:08
Réponse #13

Pierr


Bonjour,

je profite de ce fil pour vous exposer (et recueillir vos contre-arguments et suggestions)  dans quelle direction je pense aller avec mes couches, en particulier côté pluie.

Ce que j'avais testé en rando en Angleterre cet été, lors de 3 jours de pluie continue (et inattendue):
- t-shirt coton
- polartec 200
- pertex arktis windshirt (150gr)
- ventile simple couche (500gr)
- chapeau

En gros je suis resté assez sec de l'extérieur mais deux gros inconvénients:
- je vire le coton, même pour l'été; ce sera t-shirt en laine D4 ou un truc dans le genre
- le ventile mouillé c'est lourd, froid et ça se salit fort. Sur plusieurs jours, sans feu pour faire sècher, c'est pas agréable.

Ce vers quoi je pense aller:
- t-shirt laine fine
- guideshirt en laine
- windshirt pertex arktis
- chapeau

Et, les points sur lesquels je m'interroge, en cas de pluie plus forte:
- poncho OU cape de pluie imper-respi en pertex OU deuxième windshirt pertex (la double couche de pertex faisant toujours moins de 300gr ...); poncho imper-respi pour maintenir un équilibre "mouillé par la pluie et la sueur - séché par l'évaporation" et aussi pour servir de sursac contre les éclaboussures et les pertes de chaleur dues au vent.
- fabrication maison d'une capuche en laine feutrée qui couvrirait aussi les épaules, par-dessus les bretelles du sac à dos
- chaps de pluie

Qu'en pensez-vous?

P.


09 novembre 2009 à 18:42:23
Réponse #14

Kilbith



En gros je suis resté assez sec de l'extérieur mais deux gros inconvénients:
- je vire le coton, même pour l'été; ce sera t-shirt en laine D4 ou un truc dans le genre
Tu peux garder le coton mais dans ce cas sous forme de "filet" ou alors un tshirt très fin en "fil d'écosse". Le coton est quand même pratique. En revanche avoir un thirt en laine léger pour compléter ces super si on doit "durer" sous le pluie.

Citer
- le ventile mouillé c'est lourd, froid et ça se salit fort. Sur plusieurs jours, sans feu pour faire sècher, c'est pas agréable.
L'avantage n°1 du ventile c'est de pouvoir utiliser le feu. Le n°2 c'est que cela fonctionne par -20°C. En dehors de ces deux cas, c'est nettement moins intéressant.

Citer
Ce vers quoi je pense aller:
- t-shirt laine fine
 :up:

Citer
- guideshirt en laine
j'imagine que c'est ta chemise en laine de chez bison (revue peut être ?). C'est bien si on aime la laine, sinon la polaire c'est vraiment pas mal. Dans un but pratique je garderais la polaire. Les versions "windpro" sont plus coupe vent mais plus lourdes.

Citer
- windshirt pertex arktis
C'est un bon produit.

Citer
- chapeau
lequel ?

 
Citer
Et, les points sur lesquels je m'interroge, en cas de pluie plus forte:
- poncho OU cape de pluie imper-respi en pertex
Le pertex n'est pas imperméable normalement. La cape protège mieux du vent mais elle est moins polyvalente.

Citer
OU deuxième windshirt pertex (la double couche de pertex faisant toujours moins de 300gr ...);
Cela n'arrêtera pas une vraie grosse pluie.

Citer
poncho imper-respi pour maintenir un équilibre "mouillé par la pluie et la sueur - séché par l'évaporation"
Le gain est minime. Pour fonctionner une membrane a besoin d'une différence de température ou d'humidité.

Citer
et aussi pour servir de sursac contre les éclaboussures et les pertes de chaleur dues au vent.
Là OK.

Citer
- fabrication maison d'une capuche en laine feutrée qui couvrirait aussi les épaules, par-dessus les bretelles du sac à dos
Pas imperméable sur le long terme.

Citer
- chaps de pluie
Pour le bas, les cuissards de pêche de chez D4 sont bien et moins chers.


"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2009 à 18:45:01
Réponse #15

Artic Killer


Super fil ! :doubleup:

J'apprends à chaque réponse, c'est cool. Je vois aussi que vous mettez des mots sur ce que je fais souvent, mais en plus simple, plus résumé...

Par contre, c'est quand même un peu orienté temps actuel, non ? Ou bien vous trimballez tout ça toute l'année, forcément dans un gros sac ;D

A+!

PS : Pierr, n'as-tu pas peur d'avoir trop chaud avec un t-shirt en laine au milieu de l'été ? Et même maintenant, en terrain escarpé ?
"Et du chaos une voix vint à me dire: souris, sois heureux, ça pourrait être pire.
Alors j'ai souris, je fus heureux, et ce fut pire."

09 novembre 2009 à 19:09:11
Réponse #16

Pierr


Merci pour les éléments de réponse. Mes commentaires:

- chemise bison: j'attends d'avoir plus de recul pour commenter. Je la préfère aux polaires dans lesquelles je transpire plus, avec une sensation de moiteur. La chemise en laine me semble avoir une plus grande amplitude de température que la polaire. En plus normalement elle devrait moins retenir les odeurs.

- chapeau: en chanvre, bords moyens, Tilley. Le tissu se gorge d'eau, ça perce mais lentement. La protection du visage et du cou est vraiment un plus. Je préfère être un peu mouillé à travers le tissu que le contact et la gêne d'une capuche.

- pertex + laine en-dessous ça devrait permettre quand même de pas mal voir venir, tout en restant actif. Double couche de pertex + laine j'ai envie de croire que ça tiendra un bon bout de temps. Moins que pertex + ventile simple?

- vraie grosse pluie: poncho évidemment et abri dés que possible; en fait je repousse (trop) le moment de passer au poncho. C'est pour cela que je me tâte pour un poncho en pertex ou un truc genre Silcoat Cape d'Integral Designs.

- capuche+épaules en feutre: pas imperméable dans le long terme mais chaud; peut-être pas pratique.

- chaps de pluie, j'en ai déjà, payés 18€, de chez Wäfo, 180 grammes je pense

En fait la politique générale des ces choix ce n'est pas l'imperméabilité absolue mais garder un certain confort dans la durée. Lorsque la grosse pluie se met à tomber, je cherche à atteindre une zone couverte, donc effort et souci de la condensation.

Mes autres objectifs sont la polyvalence (e.g. poncho/sursac), le poids de ce qui n'est pas toujours sur moi (les couches spécialisées pluie), la vitesse de séchage.

Pour moi c'est une solution 3 saisons. En forêt je pense que la guide shirt reste jouable même en été. Pour une approche non sportive évidemment. Puis le reste est assez léger. Par exemple: t-shirt merino pas plus lourd que du coton, windshirt pertex 150gr, Silcoat Cape d'Integral Designs 140 grammes, chaps 180 grammes.

Artic Killer: je vais devoir attendre l'été prochain pour te répondre! En tous cas la chemise en coton, mouillé par la montée d'une colline et le vent qui tape bien c'est pas top. Et la chemise qui reste mouillée trois jours dans le sac non plus. Donc ça ve se jouer entre t-shirt en laine fine et chemise en synthétique.

« Modifié: 09 novembre 2009 à 20:18:33 par Pierr »

12 novembre 2009 à 14:30:05
Réponse #17

pierrot22


intéressant :)

Suite à plusieurs discussions sur le sujet, j'en étais arrivé un peu à cette conclusion. Le principe est le même, mais y'a quelques variations, ma pratique étant plus orientée rando sportive sur 2 jours maxi (et mon expérience n'étant pas celle des sachems !) :
- sous la couche zéro (qui chez moi est un ML synthétique de running), j'utilise un t-shirt manches courtes synthétique : permet de protéger un peu la couche 0 de la sueur, évitant de puer le bouc quand je rentre en train au bout de 2 jours de vadrouille, et sèche vite donc lavable facilement. Après Noël je compte remplacer la couche 0 par un mérinos pour supprimer le problème.
- ne faisant pas de feu, je fusionne les couches 1 et 2 en une micropolaire ou une veste polartec-pertex
- pour la même raison, la couche 3 est une imper-respi venant du rayon voile D4 (plus robuste et moins cher que les sacs poubelle ultralight, pour 400 ou 500g).
- couche 4 j'y réfléchis encore
- couche 5 poncho servant aussi de tarp d'urgence.

qu'est-ce que vous pensez d'une couche 4 (belay parka) sans manches à capuche ? Je suis en train de réfléchir sur le choix de la mienne, et je tenterais bien une fabrication maison primaloft-pertex :)
J'ai choisi ma couche 3 suffisamment ample pour pouvoir passer la 4 dessous si je dois la mettre en dynamique (en dynamique j'aime vraiment pas le poncho).

Il me faut également un chapeau de pluie, la veste 3 n'ayant pas de capuche. Pour l'instant, j'ai rien trouvé qui me branche vraiment, ou à des prix exorbitants.
La survie, c'est déjà de rentrer de rando.

12 décembre 2009 à 13:52:41
Réponse #18

Kilbith


qu'est-ce que vous pensez d'une couche 4 (belay parka) sans manches à capuche ? Je suis en train de réfléchir sur le choix de la mienne, et je tenterais bien une fabrication maison primaloft-pertex :)
J'en pense du bien. Mais il te faut réfléchir à l'utilisation projetée. Par exemple, la capuche doit-elle être ample pour recouvrir un casque d'alpinisme ou un gros bonnet...ou bien serré pour maximiser la chaleur. C'est vrai qu'un gilet fait perdre de l'isolation par "effet soufflet" mais il est plus facile à mettre, moins volumineux et plus solide à l'usage (se sont souvent les manches qui morflent). On peut optimiser la chose en prévoyant des fermetures élastiquées réglables aux emmanchures (voir 000).

Citer
Il me faut également un chapeau de pluie, la veste 3 n'ayant pas de capuche. Pour l'instant, j'ai rien trouvé qui me branche vraiment, ou à des prix exorbitants.
Pour l'instant, je n'ai pas trouvé que les modèles en Goretex étaient supérieurs aux modèles en toiles/cirés ou bien aux chapeaux en feutre...pourtant j'ai essayé le see to summit qui est censé être génial  :down: . A l'usage pas mieux que mon bob fjall raven imprégné de cire, je dirais même moins bien.
Mon expérience actuelle m'indique que rien ne remplace une capuche. Mais, une capuche fine peut aussi se porter sous en chapeau...et dans ce cas le chapeau peut être une casquette.

Je suis en train de tester le mythique "Seattle Sombrero" d'OR...je donnerais des informations à l'occasion.

 ;)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

12 décembre 2009 à 14:10:24
Réponse #19

Kilbith


Par contre, c'est quand même un peu orienté temps actuel, non ? Ou bien vous trimballez tout ça toute l'année, forcément dans un gros sac ;D

Bien sûr, c'est volumineux...mais l'objectif est de décrire une panoplie complète "tout temps" rustique, pas trop mal adaptée à la chasse ou à un militaire par exemple.

Remarque que le sac n'est pas obligatoirement énorme :
-Le ventile est ce que j'appelle un "port permanent". Comme il est très confortable, coupe vent, très respirant et raisonnablement résistant à l'eau on peut le porter sur une large plage d'effort ou de condition atmosphérique.

- Les couches de dessous sont aussi adaptées à une large plage de chaleur et sont portables sans problème sur plusieurs jours....sans faire fuir le gibier à l'exception des moufettes

- La cagoule est très compacte pour la protection offerte, elle permet de se passer très longtemps de pantalon (un pantalon imper/respi est inconfortable au moindre effort). On peut donc avoir une pantalon de pluie très léger puisqu'il n'est porté qu'épisodiquement). A la limite on se contente des guêtres.

- La couche principale de chaleur en statique est procurée par une ouate ou du duvet : pas lourd et très compressible pour l'isolation offerte...

- l'ensemble est lowtech ce qui est un avantage appréciable sur le long terme dans la vraie vie.

- Ces couches peuvent venir compléter efficacement un sac de couchage relativement léger. Et oui le problème avec un sac de couchage c'est que c'est un des rare objet ayant une sule utilisation dans mon sac à dos : pas satisfaisant.

Mes deux cents... ;)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

12 décembre 2009 à 14:44:35
Réponse #20

sell58


- La cagoule est très compacte pour la protection offerte, elle permet de se passer très longtemps de pantalon (un pantalon imper/respi est inconfortable au moindre effort). On peut donc avoir une pantalon de pluie très léger puisqu'il n'est porté qu'épisodiquement). A la limite on se contente des guêtres.
Pourquoi la cagoule permet de se passer très longtemps d'un pantalon imper/respi ?
Est-ce que cela à un rapport avec l'adage : " si t'as froid au pieds, mes ton bonnet" ?
 

13 décembre 2009 à 11:20:10
Réponse #21

bidon


Pourquoi la cagoule permet de se passer très longtemps d'un pantalon imper/respi ?
Est-ce que cela à un rapport avec l'adage : " si t'as froid au pieds, mes ton bonnet" ?

À propos de pieds, il leur faut cinq couches aussi ? Comment tu les emballes ?

13 décembre 2009 à 11:40:21
Réponse #22

Bartlett


Salut, Kilbith parle certainement d'un vetement dit "cagoule" et qui n'a rien a voir avec la cagoule pour la tête .

http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,27474.0.html

Plus haut il parlait d'une pèlerine qui est plus ou moins le même type de vêtements.
Hard habits are hard to kill. If you don't kill them, they kill you.

13 décembre 2009 à 12:13:11
Réponse #23

sell58


yes pour la cagoule ... j'ai eu un truc pareil mais qui ne descendait que jusqu'un peu au dessus des genoux. C'est le seul vêtement goretex qui avait tenu le coup. Il était épais et lourds mais je restais au sec sans problème mais en "mécaniquant" sous le vieux toyota Hiace (celui a suspension en lame de ressort), les fesses et le haut des cuisses était a l'abri de l'eau.
En plus trouver dans une poubelle au moment des encombrant de ma ville.
Un jour le l'ai troquer contre un cuir ( arrffff quel con j'ai fait).

13 décembre 2009 à 13:03:14
Réponse #24

fy


Bonjour à tous,
ce dont parle kILbith se présente comme un poncho mais ne couvre que la tête,les épaules et la poitrine(vu lors de notre virée ensemble).

Personnelement,je vais très vite soit m'en acheter une si j'en trouve par chez moi(c'est pas gagné :-[)ou m'en fabriquer une avec un poncho...

J'ai été séduit par ce vêtement car il permet de garder tout le haut du corps au sec pour la marche sans être gêné par le poncho qui descend bas et surtout,permet de marcher en terrain hors piste sans écorché le poncho dans les ronces ou autres végétaux qui ont l'habitude de le déchiré....

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //